web37

"politis.fr" - 14 mai 2009

Vroum, vroum !

jeudi 14 mai 2009, par Bernard Langlois

 

(...)

Moulin à café

Heureusement qu’on a l’Allemagne et sa digne chancelière pour redonner un peu de sérieux à cette construction européenne, qui n’a vraiment pas grand-chose pour séduire les foules, ni nous convaincre d’aller voter le 7 juin. Et pourtant, même dans l’Allemagne de Mme Merkel (où Sarkozy est allé dimanche faire le joli cœur au meeting de la CDU), on ne s’intéresse pas du tout à ces élections au Parlement, peut-être moins encore qu’en France, ce qui n’est pas peu dire. Référence, encore, à Bourlanges (qui fut, je le rappelle, un zélote de la construction européenne) : « Le Parlement européen est un beau moulin à café, mais on ne met pas de café dedans. » Autrement dit, il tourne à vide. Pourquoi diable irait-on voter pour cette machine à mouliner du vide, ce qui est en effet une bonne définition d’une Assemblée dont les pouvoirs s’arrêtent (vite) là où commencent ceux (plantureux) de la Commission ? Car chacun le sait, en dehors des discours convenus et des effets de tribune obligés, la vraie question qui s’est débattue entre notre PP et Mme Merkel, et qui occupe les esprits de tous les dirigeants de moindre envergure (le couple franco-allemand restant le timon incontournable du char européen), est moins : combien de députés pour chaque camp ? (cette question-là compte aussi, mais surtout dans le champ de la politique nationale) que : quelle composition pour la Commission européenne, quel président et quels commissaires aux postes clés – qui sont la politique étrangère pour la gloire et les portefeuilles économiques pour la matérielle ? Tant il est vrai que là est le pouvoir, et qu’aucun État membre n’entend laisser à d’autres le bénéfice de s’en approprier une trop grosse part.

lire_la_suite78 http://www.politis.fr/article7065.html

________________________________________________________________

Politis

________________________________________________________________