N. Sarkozy et le Programme Nucléaire Iranien

SAHAR TV, extrait de l'émission "Le Monde En Question", 31 août 2008.

Durée : 03:47

________________________________________________________________

logo_lesechos

Les paris internationaux de Nicolas Sarkozy

Jacques Hubert-Rodier

01/09/08

(...)

Si le Syrien Bachar al-Assad a, lui, répondu présent pour se rendre à Paris, la reprise des relations avec la Syrie a suscité une certaine inquiétude, pas seulement à Washington mais aussi dans certaines capitales arabes. Aux yeux de l'Arabie saoudite, par exemple, la Syrie n'a pas changé fondamentalement et reste dans le monde arabe le cheval de Troie de l'Iran. Certes, cette « détente » avec Damas a permis la formation d'un gouvernement au Liban. Un pays qui reste la priorité de la Syrie, « plus que le retour du Golan », conquis par Israël en 1967.

lire_la_suite78http://www.lesechos.fr/info/analyses/4766307.htm

________________________________________________________________

N. Sarkozy et le Dossier Nucléaire Iranien - Pierre Dortiguier

Durée : 08:16

________________________________________________________________

logo_Nouvelles_d_Orient

Nicolas Sarkozy et les "ruptures" de la politique étrangère

vendredi 29 août 2008, par Alain Gresh

Nicolas Sarkozy a prononcé le 27 août un discours devant les ambassadeurs français réunis à Paris. Il y reprend plusieurs aspects de sa politique internationale qu’il avait déjà développés l’an dernier devant le même aréopage. J’avais, à l’époque, qualifié d’« américaine » sa vision de l’Orient. Qu’en est-il cette année ?

Avant d’y venir, signalons la parution du Livre blanc sur la politique étrangère et européenne de la France, La France et l’Europe dans le monde (PDF), rédigé sous la responsabilité d’Alain Juppé et de Louis Schweitzer.

(...)

Dans son discours, le président revient aussi sur le dossier iranien :

« Mais il est un autre dossier où l’Europe a pris l’initiative et continue de jouer un rôle majeur : l’Iran. Dès 2003, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, avec le Haut Représentant, ont défini, au nom de l’Europe, une stratégie de dialogue et de sanctions, fondée sur une conviction : la communauté internationale ne peut pas accepter que l’Iran se dote de l’arme nucléaire. Rejoints par les Etats-Unis, la Russie et la Chine, les Européens doivent maintenir le cap avec fermeté et détermination et, faute de réponse de l’Iran, accroître les sanctions dans tous les domaines. »

« Pour deux raisons : personne n’a de meilleure stratégie à proposer et si nous devions échouer, chacun connaît l’alternative catastrophique devant laquelle nous serions placés et que je résumais l’an dernier en quelques mots : la bombe iranienne ou le bombardement de l’Iran. Je souhaite que le dialogue se poursuive avec l’Iran et que ses dirigeants prennent conscience de la gravité de l’enjeu pour leur pays. Je les invite à réfléchir au jugement que porteront les générations futures sur leurs choix d’aujourd’hui. Car c’est à l’Iran de choisir. Tout doit être mis en œuvre pour convaincre Téhéran de privilégier la coopération sur l’isolement et la confrontation. »

lire_la_suite78http://blog.mondediplo.net/2008-08-29-Nicolas-Sarkozy-et-les-ruptures-de-la-politique

________________________________________________________________

canalblog

________________________________________________________________

Du 01/07/08 au 31/08/08

Pages vuesTotal visiteursNouveaux visiteursVisiteurs déjà connus

Moyenne : 3178 1496 802 694
Total : 197087 92810 49737

43073